Tierra / Vidéo de la performance

17 novembre > 3 décembre

Entrée libre

Dans le cadre de déprogrammation - 17 novembre - 3 décembre 2017

TIERRA - GEORGIANA LIJONDES

 

Tierra (2013) Performance/vidéo

Georgiana Lijondes se tient nue dans un champ tandis qu’une pelleteuse creuse une tranchée autour d’elle. Une mise en scène simple qui, à travers le contraste frappant entre la puissance de la machine et le corps vulnérable de l’artiste, explore les relations de pouvoir inégales qui sont en jeu. Dans cette performance, la performeuse guatémaltèque dénonce les atrocités mises au jour lors du procès 2012 de José Efraín Ríos Montt, ancien président du Guatemala, qui était au pouvoir lors la guerre civile guatémaltèque. Présentée dans de nombreux musées d’art contemporain internationaux, cette vidéo représente l’essence même de l’art politique.

 

**********

 

Georgiana Lijondes

Née en 1974 à Guatemala City, Georgiana Lijondes est une performeuse guatemaltèque spécialisée dans le body art. Après des études de secrétariat, elle commence à développer un travail poétique recueilli dans le livre Personal and Intransmisible, et couronné en 1998 par le prix de la Fondation Mirna Mack. Elle s’oriente vers la performance en 1999, après sa rencontre avec Jessica Lagunas et Marianela Dias, commençant d’abord par travailler sur ses propres textes, avant de s’engager dans des interventions de plus en plus politiques. En 2003, dans sa performance ¿Quién Puede Borrar las Huellas? (« Qui peut effacer les traces ? »), elle effectue une marche du Congrès du Guatemala au Palais du gouvernement, trempant ses pieds nus dans un bassin plan rempli de sang humain, pour protester contre la candidature de l’ancien dictateur José Efraín Ríos Montt à l’élection présidentielle. Son travail – citons encore la vidéo Himenoplastia, qui lui vaut en 2005 le Lion d’or de la Biennale de Venise dans la catégorie « Artistes de moins de 30 ans » –
a été présenté dans les plus prestigieuses institutions internationales, parfois aux côtés de celui de
Tania Bruguera.

 

www.reginajosegalindo.com