Sonic Protest

23 mars > 20h 
FESTIVAL / CONCERTS

Tarifs 12€ - 11€ en ligne

En partenariat avec les Potagers Natures

Après deux éditions intenses et riches en expériences, la Manufacture accueille une nouvelle fois ce festival défricheur de musiques aventureuses. Pointu mais accueillant, sans à priori ni étiquette, Sonic Protest lutte contre l’esprit de chapelle et la sur-spécialisation des scènes underground, en faisant jouer affinités et rencontres. Le festival s’intéresse aux outsiders, ces artistes en dehors des modes et des circuits traditionnels, qui créent dans l’ombre un univers artistique unique et qui ne demande qu’à être découvert par un plus large public. Depuis plus de 10 ans Sonic Protest refuse les limites et s'assume comme le trait d'union entre Brigitte Fontaine et Merzbow : un antidote au sectarisme!

Programme de la soirée:
 

Sarah Kenchington (Ecosse)
Sarah Kenchington vit dans une ferme près de Glasgow. Étudiante en sculpture, elle construit et modifie des instruments de musique depuis plus de dix ans. Tous ses instruments sont fabriqués de ses mains, fonctionnent mécaniquement et sont acoustiques. Certains sont pensés pour être joué de sa main, d’autres pour générer par eux-mêmes des sons, comme la “Bell Tower”, une structure pyramidale qui fait sonner les cloches selon une formule mathématique.
La “Flutterbox”, un séquencer mécanique, génère des boucles rythmiques. Lors de ses performances, Kenchington joue de cet orchestre, utilisant en même temps plusieurs instruments.
Voir une vidéo
voir une autre vidéo

 
Johann Mazé (Bordeaux)

Johann Mazé est batteur, percussionniste vivant à Bordeaux. Il joue dans différentes formations telles que Le Cercle des Mallissimalistes, France Sauvage, Lord Rectangle ou l'Ensemble UN. Du mallissimalisme à la calypso, en passant par le bruitisme et la “musique contemporaine“, le spectre est large. Il est aussi selon les collaborations, bruiteur et phonographe, avec un certain goût pour l’humour et la matière sonore à l'état brut. En témoigne son disque "Les Transports" paru chez Tanz Procesz en 2016, et son travail avec la photographe Anne-Cécile Paredes. Hors son, il participe à des projets éditoriaux tout à fait calomnieux qui, de fait, doivent encore rester secrets. Il fut aussi membre de Chausse Trappe et de Nouvelles Impressions d’Afrique. 
En solo à la batterie, il utilise une caisse-claire, une grosse caisse et un tom, qu’il associe à deux mégaphones et des pièces métalliques légères, pour tenter une approche saturée, mais libérée d’une prise secteur 220v. Une série de courtes séquences où le son est au centre du dispositif.
Plus d'infos sur Johann Mazé

 

Jean-Philippe Gross (Metz)
Au croisement des musiques électroniques et instrumentales, Jean-Philippe Gross développe un rapport physique au son, jouant avec les ruptures et les phénomènes acoustiques. Il collabore avec John Hegre (en duo au sein de Black Packers et en quartet avec Greg Pope et Xavier Quérel), Clare Cooper (Nevers), Jean-Luc Guionnet (Angle), Jérôme Noetinger, Axel Doerner. Il a travaillé pour la danse et le théâtre, avec les metteurs en scène Léa Drouet (Comment Dire, 2014 / Déraillement, 2015) et Gaël Leveugle (Loretta Strong, 2016), la chorégraphe Marie Cambois (We killed a cheerleader 2008, 2011, 2015). Il a composé pour l’ensemble Dedalus la pièce Cutting Lines (2013, nouvelle version en 2015), pour le projet Phonoscopie (porté par Sonic Protest), la pièce Sécante (2016).
D'autre détails sur Jean-Philippe Gross
et aussi à écouter

 

Droit Divin (Bordeaux)

"Droit divin , comme son nom l'indique, impose sa musique de force à tes tympans.
Tu es libre de partir mais tu ne partiras pas car tu obéiras à la musique de Droit Divin, tu la subiras.
Si il te demande de te mettre à genoux, à genoux tu te mettras;
s'il te demande de donner ton sang pour leur cause, ton sang tu donneras.
L'hypnose par la violence, l'hypnose par la puissance, voilà ce qu'est Droit Divin.
Une musique forte, d'un duo antipathique, accompagnée d'une technologie perverse, et d'un son brillant des milles
feux à la gloire de l'enfer !
Des synthés , des boites à rythmes, de la distorsion dans la voix, des sons qui tournent...
Proche d'une "électronisme" Ich biniens."
Yann Potagers Natures
Ecouter le son de Droit Divin et ici aussi

 

 

 

Projection du film de Lico "Là peu près c'est l'avenir"